top of page
Rechercher
  • Photo du rédacteurDanielle Forget

02. Le ciel: un atout dans le tableau?

La question se pose dans un tableau de paysage, peu importe le médium- huile, acrylique, aquarelle. Imaginez : il y a des bois, des plaines et bosquets, des bâtiments, etc. : et le ciel, dans tout ça? Ce serait seulement un espace à combler avant d’en venir à la «chair» du tableau…?


Ah, je vous entends déjà dire que le point d’intérêt sera plutôt la petite maison à toit pentu, ou encore le chêne au sommet de la colline, bref des éléments plus parlants, en quelque sorte. Pourquoi?


Eh bien, ils captent le regard par le détail travaillé dans la matière, ou encore parce qu’ils sous-entendent une présence humaine…disons aussi qu’ils sont souvent plus près de nous, spectateurs du tableau, en occupant l’avant-plan ou le plan moyen dans la composition.


Pourtant, même quand le ciel n’est pas ce qui cause le plus d’émoi dans le tableau, il a un rôle non négligeable


ciel, coucher de soleil, horizon.
Danielle Forget, Enfilade marine ( détail), huile.

Le ciel, au plus près des sensations


Pensons à un peintre du XIXe siècle, célèbre de son vivant, mais déclassé peu à peu dans le goût de l’époque par l’arrivée des impressionnistes. Jean-Baptiste-Camille Corot, dans L’Île heureuse, attire notre regard sur les arbres et ces personnages qui s’adonnent à la cueillette, probablement de fleurs ou de champignons.



Idyllique, n’est-ce pas?

Paysage, arbres qui s'élèvent vers le ciel brumeux, château au loin et personnages cueillant des fleurs.
Jean-Baptiste-Camille Corot, L’Île heureuse, (1865-68), inv.1919.30, MBAM

Si on suit la direction verticale des branches- et même des bras de la jeune femme- notre regard s’élève vers le ciel si présent…accentué par ce grand format (188 x 142,5 cm), qui lui laisse toute la place! …puis, il y a la brume, comme un lien entre terre et ciel.


Autre époque, autre style : dans ce tableau, le ciel apporte sa contribution au mouvement, à la durée…



Paysage de la côte ouest californienne avec rochers, bord du Pacifique, brouillard qui se disperse.
Danielle Forget, Lever sur le Pacifique, huile, 30 x 36 po./76 x 92 cm

Le brouillard, le matin sur la côte ouest californienne, et sa poussée vers le large…Vous connaissez? C’est là, un des moments de la journée qui me fascine; sans doute parce qu’il fait place à la lumière!






Post: Blog2_Post
bottom of page